Comment réviser pour le Grand Oral ?

Image libre de droits 

Vous savez depuis avant-hier que vous êtes admissible aux épreuves orales du CRFPA. Félicitation vous avez fait une grande partie du chemin. 

Mais tenez bon, c'est à cette heure ci qu'il faut vous montrer endurant. Vous devez maintenant peaufiner vos révisions pour être à l'aise face à votre jury du Grand Oral. 

C'est pourquoi je vous propose une liste non exhaustive de quelques conseils pour réviser au mieux, avoir confiance en vous et vous sentir prêt le jour J. 

Prenez le temps de lire cette liste assez longue et soufflez un bon coup, vous en savez maintenant déjà beaucoup.


______________________


Pour vos révisions quelques conseils : 

- Ne vous découragez pas. Même si votre moyenne aux écrits est autour de 10. Les écrits sont finis. Peu importe vos notes, laissez les derrière vous et lâchez vous pour le Grand Oral. Surtout ne vous rajoutez pas de stress et ne remettez pas tout en cause parce que vous êtes un peu déçus de vos notes aux écrits. Ne vous comparez jamais aux autres, cette place vous l'avez méritée, donc gardez la. 

- Voici la liste des libertés fondamentales essentielles pour le Grand Oral : la dignité, le droit à la vie (vs. le droit à la mort ?), les droits sociaux (le droit à un environnement sain, le droit au travail, le droit à la santé et à la protection sociale, le droit au logement), l'interdiction de l'esclavage, de la torture et des traitements inhumains et dégradants, la liberté d'aller et venir, la liberté de circulation, le droit d'asile, le droit à un procès équitable, le droit à la présomption d’innocence, le droit à une vie privée et familiale, la liberté de pensée, de conscience et de religion, le droit à l'enseignement, l'éducation et à l'instruction.  

L'année dernière j'avais fait une fiche pour chaque liberté avec notamment : les textes de référence, une définition, les jurisprudences essentielles et quelques débats d'actualité relatifs à la liberté en cause. 

- Révisez la notion de référé liberté. Il s'agit d'une notion fondamentale en matière de recours concernant les droits et libertés fondamentales. 

- Essayez de retenir le serment de l'avocat (si jamais on vous le demande, ça fait vraiment "quiche", si vous me permettez l'expression, de ne pas le connaître) : "Je jure, comme avocat, d'exercer mes fonctions avec DIGNITÉ, CONSCIENCE, INDÉPENDANCE, PROBITÉ et HUMANITÉ". 

- Entraînez vous. C'est vraiment important. Parler devant trois personnes qui vous fixent peu s'avérer être très déstabilisant, alors faites l'effort de vous mettre en situation au moins une fois avant le Jour J. Demandez à n'importe qui, vos amis, vos frères et sœurs ou vos parents. Récitez votre exposé pendant 15 minutes face à trois personnes, c'est un très bon exercice. 

- Regardez ou écoutez les informations tous les jours de façon à vous tenir informé de l'actualité.

- Enfin, surtout ne faites rien la veille du Grand Oral. Prenez une journée off. Évitez le café le jour J (ça ne vous aidera pas à poser votre voix pendant l'oral). Et concernant votre tenue soyez le plus neutre possible. Je vous renvoie à la fiche intitulée "La journée du Grand Oral" juste ici

Pour le temps de préparation quelques conseils : 
  
- Rassurez vous, il n'y a pas de bon ou de mauvais sujet. Un sujet "facile" c'est toujours plus rassurant parce que vous aurez l'impression d'avoir plein de choses à dire mais sachez que les membres du jury seront aussi plus exigeants envers votre prestation. En revanche si vous tombez sur un sujet plus "difficile", ça peut être en votre faveur, car les membres du jury seront moins sévères et plus attentifs à votre façon de vous en dépatouiller. Donc pas d'inquiétude, votre sujet sera le meilleur
Personnellement je suis tombée l'année dernière sur "Le droit administratif et les femmes" alors que d'autres ont eu "L'enfant", par exemple. 

- Pensez à rédiger au brouillon les toutes premières phrases que vous allez prononcer. Les 2 premières minutes de votre exposé seront les plus dures. Pouvoir "lire" les premières phrases de votre introduction peut vous aider à vous lancer. 
Pour le reste de votre intervention, ne rédigez pas votre brouillon c'est une perte de temps, notez simplement les idées essentielles, vos exemples, vos articles, vos jurisprudences et les points sur lesquels vous voulez insister. 

- L'erreur à ne pas faire est la suivante : Pendant votre temps de préparation, ne plongez pas tête baissée dans votre valise de codes à chercher je ne sais quel petit détail ou tel ou tel article. C'est totalement inutile. Je vous rappelle que le but de l'exercice est de démontrer que vous êtes capable de traiter un sujet en construisant un raisonnement juridique. Une fois que vous avez construit votre réponse et uniquement quand vous avez trouvé un plan convaincant et un peu de contenu, prenez le temps, s'il vous en reste, de chercher quelques jurisprudences ou quelques articles de loi supplémentaires pour étayer vos propos. 

- Si le jour J, comme moi, l'on vous impose un sujet qui à première vue ne vous plait pas trop. Ne paniquez pas. Utilisez la méthode du soleil. Elle consiste à écrire votre sujet en plein milieu d'une feuille de brouillon et de faire un brainstorming. Ecrivez tout autour toutes les idées qui peuvent avoir un lien avec votre sujet, tout ce qui vous vient à l'esprit et les définitions des mots importants. Ça vous aidera à y voir plus clair et à construire votre plan. 

Pour l'exposé de 15 min quelques conseils : 

- Sachez que votre jury sera forcément composé d'un magistrat, d'un avocat et d'un professeur d'université.

- Si vous ne savez pas répondre à une question appliquez la méthode de sauvetage : elle consiste à trouver les deux libertés fondamentales qui semblent s'opposer et de les concilier. 


Exemple : (il s'agit d'une question à laquelle j'ai dû répondre l'année dernière) 

Question : Peut-on interdire à un transsexuel d'effectuer son changement de sexe au seul motif qu'il est emprisonné ? 
Les libertés en jeu : Identité sexuelle & le principe de l'exécution des peines.
Votre réponse doit tenir compte de ces deux notions et essayer de les concilier. 
Autrement dit la question est de savoir si la liberté sexuelle d'un individu peut être sacrifiée au nom de l'impérieuse nécessité de l'exécution des peines dans notre système judiciaire ? 
La réponse semble alors juridiquement évidente. C'est du bon sens : Non une telle liberté qui touche à l'identité intrinsèque d'un être humain n'a pas à être sacrifiée de la sorte. Mais elle doit pouvoir être limitée au nom du bon fonctionnement de l'établissement pénitentiaire. 
Vous pouvez donc expliquer, c'est un exemple, que l'on ne peut sans doute pas interdire à un transsexuel de changer de sexe en prison au seul motif qu'il est emprisonné, on ne pourra pas non plus lui interdire un accès aux soins ou à une prise en charge médicale, en revanche pour le bon fonctionnement de l'établissement on pourra lui imposer les horaires des visites médicales, un changement de cellule ou de quartier par exemple. 

Petit truc en plus : Pour vous entraîner à cette méthode, ouvrez un journal d'information, prenez les titres des articles, transformez les en questions et essayez d'y répondre. 

- Parler vraiment pendant les 15 minutes qui vous sont offertes. Si vous vous arrêtez avant, vous offrez aux membres du jury plus de temps pour vous poser des questions. Dans le cas inverse si vous dépassez le temps réglementaire, ils n'hésiteront pas à vous arrêter brutalement. 

- Ne vous laissez pas impressionner. Pendant les 5 premières minutes de mon exposé, un des membres de mon jury regardait son téléphone portable, un autre cherchait dans un code des articles en fronçant les sourcils comme pour vérifier mes propos et le dernier ne me lâchait pas du regard. C'est un peu gênant et déstabilisant, mais sachez qu'ils n'ont pas le droit de vous couper pendant ces 15 premières minutes, donc soyez à l'aise, n'en tenez pas compte. Ils vous testent un peu mais ils arrêtent très rapidement si leur comportement n'a aucun impact sur vous. Restez concentré et déployez votre raisonnement du début à la fin sans crainte. 

- Pensez à regarder à tour de rôle les trois protagonistes. Il est plus agréable de s'appuyer sur celui qui semble le plus "sympa" des trois, mais non. N'en délaissez pas un. 

- Évitez les gestes TOC du style : se remettre les cheveux sans cesse, jouer avec un stylo ou les "euhhhhh" entre chaque phrase etc. Le but est que votre jury vous écoute et qu'il ne s'attarde pas sur autre chose. D'où l'importance de vous entraîner en vrai pour éviter  au maximum d'adopter une de ces attitudes polluantes.

Pour l'exercice des questions/réponses : 

- Parlez calmement. Votre but est de garder la parole quand les membres du jury vous la donne. En effet c'est autant de temps gagné pendant lequel ils ne vous posent pas d'autres questions. Donc surtout, si vous avez la chance de connaître la réponse à une question prenez le temps d'y répondre correctement et en détail. C'est super vous gagnez du temps et des points. 

- Préparez quelques réponses types pour des questions comme : Quel est votre avocat préféré ? Ou qui vous a donné envie de devenir avocat ? Certains jurys peuvent vous poser ce genre de questions "plus personnelles", donc pensez à avoir une réponse construite, personnelle, justifiée et avec de vraies références. De façon à ne pas citer n'importe qui ou de leur donner l'impression qu'il ne s'agit pas de votre vocation. Ça pourrait vous décrédibiliser. 

- De la même façon, si jamais on vous interroge sur la déontologie de l'Avocat, sachez que c'est des cours que vous aurez à l'école d'avocat, mais pour montrer que vous y êtes déjà sensible vous pouvez parler du rôle fondamental du bâtonnier qui est la personne de référence en cas de conflit entre deux avocats ou entre un avocat et un client. Vous pouvez également vous référer aux principes fondamentaux du serment de l'avocat cités ci-dessus. Les membres du jury ne pourront pas exiger beaucoup plus de votre part en matière de déontologie. 

- Ne donnez jamais un avis personnel, toujours un avis juridique selon un raisonnement juridique construit. Soit en vous appuyant sur un article, sur une jurisprudence ou sur un principe ou une liberté. 

- Si jamais vous vous sentez vraiment dépassé face à une question, n'hésitez pas à dire "Je ne connais pas la réponse à cette question, mais si je prends quelques secondes pour réfléchir en termes juridiques (soufflez, réfléchissez) ... je dirais que l'on peut répondre en ce sens puisque juridiquement tel principe peut être mis en avant etc." Ou quelque chose comme ça. Dans tous les cas ne vous laissez pas abattre parce que vous n'avez pas la réponse. Ne dites jamais "je ne sais pas" tout court. Montrez leur que même si vous ne savez pas, vous êtes capable d'y réfléchir et d'envisager une solution ou une réponse juridique en quelques minutes. Le jury sera plus attentif à votre capacité à raisonner juridiquement qu'à vos connaissances à proprement parler. 

N'oubliez pas qu'un bon avocat ne sais pas tout, mais qu'il est capable de tout trouver. 

Julie. 








































Commentaires