Lettre à tous les Français

Image libre de droits - Comme un joli courrier de l'Elysée à lire un dimanche matin devant une grande tasse de café. Voilà ce que cette actu m'inspire. 
Bonjour à tous, 

Je vous retrouve aujourd'hui avec un article d'actualité à propos du Grand Débat National initié par notre Président de la République. 

Je vous précise, d'ores et déjà, que cet article n'est ni une critique ni une prise de position politique, il s'agit simplement d'informer sur un fait d'actualité qui ne manquera pas d'échauffer les médias dans les mois à venir. 

Ainsi beaucoup en parlent sans l'avoir réellement lu, mais depuis dimanche 13 janvier dernier l'Elysée a rendu publique la "Lettre aux Français" d'Emmanuel Macron. Cette dernière vise, près de deux mois après le début du mouvement de contestations sociales des "gilets jaunes" à cadrer les enjeux du Grand Débat National voulu par le Président. 

De quoi s'agit-il ? 
D'un programme de débat national consistant à permettre à tous les citoyens d'exprimer leurs attentes sur "les grandes questions de notre avenir". Ce cahier de doléance à l'échelle nationale sera donc ouvert jusqu'au 15 mars 2019. Et notre Président de la République s'est engagé à en faire un compte rendu aux Français dans le mois qui suivra la fin des débats. 

Dans sa lettre Emmanuel Macron soulève les 4 problématiques majeures qu'il souhaite voir devenir objet des débats : 
- la fiscalité et les dépenses publiques
- l'organisation de l'Etat et des services publics
- la transition écologique
- la démocratie et la citoyenneté

Le Président ouvre donc la porte aux échanges et interroge les Français : 

"Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ?"
"Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité?"
"Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?"
"Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? A l'inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer?"
"Comment mieux organiser notre pacte social ? Quels objectifs définir en priorité?"

"Y a-t-il trop d'échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d'action au plus près des citoyens ? A quels niveaux et pour quels services ?"
"Comment voudriez-vous que l'Etat soit organisé et comment peut-il améliorer son action ? Faut-il revoir le fonctionnement de l'administration et comment ?"
"Comment l'Etat et les collectivités locales peuvent-ils s'améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté et que proposez-vous?"

"Comment finance-t-on la transition écologique : par l'impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?"
"Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?"
"Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale?"
"Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l'échelon européen et international pour que nos agriculteurs et nos industriels ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?"

"Faut-il reconnaître le vote blanc ?"
"Faut-il rendre le vote obligatoire ?"
"Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques ?"
"Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d'élus ?"
"Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Economique, Social et Environnemental, doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment ?"
"Quelles évolutions souhaitez-vous pour rendre la participation citoyenne plus active, la démocratie plus participative ?"
"Faut-il associer davantage et directement des citoyens non élus, par exemple tirés au sort, à la décision publique ?"
"Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l'initiative ?"
"Que proposez-vous pour améliorer l'intégration dans notre Nation ? En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?"
"Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l'Etat et les religions de notre pays ?"
"Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et de valeurs intangibles de la République ?"

Cependant le gouvernement à fait savoir que trois grands sujets ne seront pas à l'honneur : à savoir l'IVG, la peine de mort et le mariage pour tous. Exclus des débats, le Président ne souhaite pas que ces grands principes soient remis en question ... ouf ! 

Ainsi, depuis quelques semaines les maires ouvrent leurs mairies pour que les citoyens puissent s'y exprimer dès à présent. 

Une plateforme numérique va être mise en place pour permettre aux citoyens de déposer des contributions en ligne. 

Et des conférences de citoyens tirés au sort seront également mises en place dans chaque région pour échanger et analyser les proportions issues des différents débats. 

Le Président entend par ce biais, créer le débat autour de certaines thématiques et obtenir des réponses quand aux attentes des Français. 

"Nous ne serons pas d'accord sur tout, c'est normal, c'est la démocratie. Mais au moins montrerons-nous que nous sommes un peuple qui n'a pas peur de parler, d'échanger, de débattre. 
Et peut-être découvrirons-nous que nous pouvons tomber d'accord, majoritairement, au-delà de nos préférences, plus souvent qu'on ne le croit."

Emmanuel Macron voit dans cette "initiative inédite", qui n'est ni une élection, ni un référendum, l'occasion de consulter massivement les citoyens français et d'évoquer n'importe quel sujet concret qui pourrait améliorer notre existence au quotidien. 

Cette consultation massive ne connaît en effet aucun précédant. Même si François Mitterrand et Nicolas Sarkozy, respectivement en 1988 et en 2012, avaient eux aussi déjà écrit aux Français, c'est à la différence qu'il s'agissait pour ces deux présidents, candidats à leur réélection, d'exposer leur programme à quelques semaines du scrutin. 

En espérant que cette démarche démocratique soit comprise, accueillie et suivie ... elle reste une affaire à suivre pour tout juriste qui se respecte, d'autant qu'elle peut initier de jolis sujets d'examen. A bon entendeur ... 

Julie, 





























Commentaires