Pourquoi je n'utilise que des images libres de droits ?

Image libre de droits 
Bonjour à tous, 

Aujourd'hui j'ai souhaité vous expliquer très succinctement pourquoi je n'utilise que des images libres de droits pour illustrer les articles de ce blog personnel. Et ce notamment car vous êtes nombreux à me poser la questions sur les réseaux sociaux.

Notez cependant, que cet article n'a pas vocation à traiter le sujet de manière exhaustive, il s'agit de rapides explications à titre d'information.

Alors oui, en toute transparence je dois bien vous l'avouer, je ne suis pas l'auteur de toutes ces jolies photographies. Juriste oui mais photographe non (mes compétences en la matière laissent d'ailleurs à désirer) et c'est sans doute beaucoup mieux comme ça. 

Mais alors, ai-je le droit d'utiliser ces images ? Là est toute la question. Et beaucoup de personnes oublient, au motif que nous sommes sur la toile, la réglementation en matière de droit d'auteur.

En effet sur Internet, à l’instar de n'importe quelle publication papier, nous devons respecter le droit à l'image, le droit au respect de la vie privée et les droits d'auteurs.

Ainsi toutes les images, si facilement accessibles en ligne (google image, Pinterest etc) sont pour la plupart soumises à des droits d'auteur. Et l'on ne peut pas utiliser librement ces images sans le consentement exprès et préalable de ce dernier, d'autant plus si l'on en fait un usage professionnel ou commercial.

En outre, chaque personne dispose également d'un droit exclusif sur son image et l'utilisation qui en est faite. Par conséquent il est également nécessaire de recueillir le consentement de la personne qui apparaît et qui est reconnaissable sur une photographie quelconque (sachez cependant qu'il existe des exceptions en la matière notamment concernant les images d'événements d'actualité ou pour les photographies de personnalités publiques dans l'exercice de leur fonction, mais je ne les traiterai pas ici).

De plus, il faut savoir qu'une autorisation est toujours donnée pour un usage précis et qu'elle ne peut pas être étendue. C'est à dire, qu'en principe il n'est pas possible de reproduire sur son propre blog une photographie au motif qu'elle a déjà été publiée dans un autre article ou sur un autre site et ce, quand bien même son auteur aurait donné son accord à la première publication. 

Face à ces interdictions quelles sont les solutions qui s'offrent aux blogueurs ? 
- Utiliser ses propres photographies, 
- Utiliser des images avec l'accord exprès et préalable de son auteur, 
- Utiliser des photographies tomber dans le domaine public, 
- Utiliser des images libres de droits. 

Personnellement, j'ai choisi de me tourner vers cette dernière catégorie, les autres possibilités étant trop contraignantes pour moi.

Cependant, "image libre de droits" ne signifie pas forcément "gratuite". En effet l'on peut trouve en ligne de nombreuses banques d'images rassemblant des millions d'images libres de droits, mais attention certaines sont payantes. 

Ainsi cette expression ne signifie pas que chacun a le droit d'utiliser comme bon lui semble tous ces clichés, cela correspond simplement à une licence (soit une autorisation) donnée (gratuitement ou de façon onéreuse) pour un usage plus ou moins encadré de la photographie en cause. 

C'est pourquoi même si vous trouvez des banques d'images libres de droits gratuites, ayez le réflexe de vérifier dans les conditions générales du site de quelle licence il s'agit et si l'usage que vous pouvez en faire n'est pas restreint.  

Pour ma part je ne sélectionne mes illustrations que sur des sites qui me garantissent un usage gratuit, mondial, à des fins commerciales ou non et dont le téléchargement, la reproduction, la modification et la distribution des photographies sont permises. Cela restreint forcément les possibilités mais j'y trouve tout de même mon bonheur. 

Il faut toujours garder à l'esprit qu'une photographie a été prise par son auteur dans un certain contexte avec une émotion précise et pour une utilisation donnée. L'auteur n'a pas forcément envie que son cliché se retrouve par la suite sur votre blog dans un contexte tout autre ... et il en a parfaitement le droit. 

Le coin des juristes : 
Le droit d'auteur s'acquière sans formalités du simple fait de la création de l'oeuvre. Cette dernière est donc protégée à partir du jour où elle a été réalisée. 
Son auteur bénéficie alors sur son oeuvre de deux types de prérogatives : 
- des droits moraux : lui permettant de s'opposer à une divulgation de l'oeuvre faite sans son accord, à une utilisation dénaturante de son oeuvre, ou encore d'exiger que son nom soit mentionner.  
- des droits patrimoniaux : lui permettant d'interdire ou d'autoriser l'utilisation de son oeuvre et de percevoir une rémunération en contrepartie. Ce droit patrimonial dure jusqu'à 70 ans après la mort de l'auteur ou après la divulgation si l'oeuvre est la propriété d'une personne morale. 

Julie, 







Commentaires